Violences conjugales


A la défense du prévenu, Me PONT affirmera « les disputes apportent une part d’oxygène dans un couple », évoquant une précédente querelle au cours de laquelle il avait voulu écouter la radio italienne, alors qu’elle voulait pour sa part, regarder la télévision ; pour imposer le petit écran, elle avait administré à son compagnon un violent coup de pied aux fesses qui l’avait fait tomber, et puis il y a eu ce crime de « lèse-pastacciuta » : pour lui, ne trouver que deux ou trois pâtes au fond d’une casserole c’est un sacrilège…Nous avons affaire à un passionnel. Ne le sanctionnez pas même…pour sa gourmandise !